Fils de dragon

Ma PAL*, et même ma PEC** dépassent ces temps-ci tous les records, aussi avais-je décidé de ne plus rien y ajouter jusqu'à ce qu'elles aient diminué de façon significative. Mais quand en parcourant par curiosité la liste de la dernière Masse Critique, je suis tombée sur cet ouvrage que je ne connaissais pas de la grandissime Pearl Buck, je n'ai pas pu résister !

Pearl Buck, c'est une de mes premières rencontres littéraires et surtout un de mes plus gros coups de foudre : elle m'a appris ce que c'était que d'être une femme quand je n'étais encore qu'une enfant. Elle m'a appris tant de choses sur la vie, elle m'a fait tant comprendre sur moi-même. Vent d'Est, vent d'ouest, Pavillon de femmes, La mèr...

Lire la suite...

Mon traître

J'ai tellement aimé le roman (si vous me suivez régulièrement vous devez savoir à quel point j'admire, j'adule, j'idolâtre Sorj Chalandon !) que l'adaptation graphique pour moi, c'était un peu quitte ou double... Et même si mon domaine de prédilection reste plutôt les mots que les images, le verdict est clair : c'est double !

J'ai trouvé cette bande-dessinée extrêmement forte. L'auteur a su mettre en valeur les mots de Sorj Chalandon par un graphisme sobre mais terriblement bouleversant. Les tons monochromes contribuent à appesantir l'atmosphère et les yeux des personnages d'encre sont plus parlant que des mots.

A quand l'adaptation de Retour à Kyllibegs ?

Le siècle t.3 - Aux portes de l'éternité

Le problème avec ces sagas qui s'étalent sur plusieurs générations, c'est qu'on ne sait jamais quand il faut s'arrêter. J'aimerai savoir ce qui va arriver à Jack, Jonh-Lee, Alice ou Gricha... d'autant qu'ils sont presque de ma génération, mais d'un autre côté il faut bien conclure à un moment. Et pour tout dire, ce troisième tome est presque déjà de trop. En effet, outre l'artificialité des relations historiques des protagonistes, certains passages sont simplistes, à la limite du grotesque. Par exemple, quand le jeune George, ardent pacifiste apprend qu'un avion espion a été abattu au dessus de Cuba et qu'il retourne sa veste aussitôt. Ou quand Rebecca est contrainte d'abandonner une opportunité en or pour des raisons familiales, et que cette opportunité attend bien gentiment la fin de ses problèmes pour se représenter à l'identique.

En bref, j'ai été ravie de traverser le XXe siècle au côté de ces 4 familles, j'ai appris certaines choses, en ai revues d'autres, mais mainten...

Lire la suite...

Le siècle t.2 - L'Hiver du monde

Après la der des ders dans le tome 1, place aux guerres anti-fascistes dans le tome 2. Et si je compte bien, ça devrait nous laisser la guerre froide pour le tome 3 !

J'ai trouvé "L'hiver du monde" un peu moins abouti que le premier volet : un peu plus maladroit et – oserai-je ? – un peu trop marketé. Les idéologies politiques sont présentées de façon simpliste, la psychologie des personnages est trop convenue – mis à part Erik qui se fourvoie dans le "prêt-à-penser", ils sont tous d'une droiture morale souvent invraisemblable. De plus, vers la fin certaines scènes semblent tomber comme un cheveu sur la soupe, donnant l'impression d'un assemblage d'anecdotes sans réel lien.

Mais qu'à cela ne tienne, ça fonctionne ! Ken Follet est un conteur hors pair qui sait donner vie à ses histoires et happer ses lecteurs. Et finalement, c'est tout ce qu'on lui demande !

PS : C'est peut-être une broutille, mais pourquoi avoir changé...

Lire la suite...

Le siècle t.1 - La Chute des géants

Premier tome d'une trilogie s'étalant sur toute la durée du XXe siècle, "La chute des géants" s'attarde principalement sur la période de la Grande Guerre. Le contexte historique est omniprésent mais nul besoin d'être passionné d'Histoire pour y trouver son compte. En effet, Ken Follet est passé maître dans l'art de fondre la grande Histoire dans les petites, enrobant ses nombreux détails historiques de drames et de romances. Je ne sais pas comment il fait, mais il arrive à insuffler du suspens à des évènements connus de tous. L'Angleterre va-t-elle entrer en guerre ? La révolution Russe va-t-elle aboutir ? On a beau connaître les faits, rien n'y fait, la tension est forte ! Alors certes, ce n'est pas toujours très crédible, mais peu importe ça fait partie du deal, et si on supprimait toutes les coïncidences improbables, il faudrait un nombre incalculable de personnages qui n'apporterait pas grand-chose de plus au récit. De surcroît, j'ai trouvé que l'auteur avait fait un effort po...

Lire la suite...

La chambre ardente

Chambres closes et meurtres impossibles : le champ de prédilection de John Dickson Carr. La chambre ardente n'est pas à mon sens son meilleur roman mais étrangement c'est son plus connu. On y retrouve tous les ingrédients du genre : une mort ambiguë, un cadavre disparu, des suspects tous plus louches les uns que les autres, et en prime une pincée de surnaturel avec une empoisonneuse vieille de plusieurs siècles et des non-morts qui traversent les murs...

Un bon moment de lecture, mais sans plus.

La bête qui meurt

Encore une fois je me décide à découvrir un auteur après sa mort, ça commence à devenir une (mauvaise) habitude ! Philip Roth c'est un monument, alors forcément on s'en approche délicatement. Mais très vite, l'appréhension se transforme en respect et la timidité en gourmandise. Il n'y a rien à dire, le talent c'est le talent !

La bête de son roman, c'est David Kepesh, le narrateur. Et s'il ne se meurt pas au sens littéral, il est tout de même sur la pente descendante de sa vie. Éminent professeur d'université, personnalité médiatique et Don Juan insatiable, il est l'incarnation de l'émancipation des corps et des esprits propre aux années 70. Dans une analyse crue mais non moins clairvoyante, il revient sur la liaison qui a marqué ses dernières années. Consuela, une jeune cubaine de bonne famille, guindée et déroutante, catalyseur d'émotions insoupçonnées, qui de son corps, son regard fier et surtout de ses seins l'a fait chanceler. Il aborde dans ces pages son tr...

Lire la suite...

Grand Frère

Bien que j'aie terminé ma lecture depuis plusieurs semaines, cette chronique a eu du mal à voir le jour. Quand un roman me touche vraiment, j'ai toujours du mal à le mettre en mots, et surtout à assembler mes ressentis de façon cohérente. J'espère y être parvenue.

Grand frère est un ex-délinquant devenu chauffeur Uber en Seine-Saint-Denis. Petit frère est un ex-infirmier parti pour sauver des vies en Syrie. Tous deux sont franco-syriens, ni tout à fait Français ni vraiment Syriens, morcelés, n'appartenant finalement à aucune terre. Mais unis par un amour fraternel puissant, violent. Incandescent.

L'un après l'autre, sans clichés ni fausse pudeur, ils se livrent. Le besoin viscéral, chacun à sa manière, de tout envoyer valser, de tout "niquer" pour changer le monde. Le manque de racines qui les étouffe progressivement. Et surtout l'absence. De leur mère décédée, de leur père dépassé, de leur grand-mère décrépite. Et surtout d'eux. Les frères incompris, séparés par la d...

Lire la suite...

Le dernier gardien d'Ellis Island

Gaëlle Josse est multiple. Son regard de journaliste, sa bienveillance de psychologue et surtout ses mots de poète insufflent à ses écrits une épaisseur saisissante. Elle plonge au c½ur de l'humain, dévoilant les émotions intimes comme autant de pierres à l'édifice d'une âme, sans jamais juger, toujours en pudeur.

Dans Le dernier gardien d'Ellis Island, c'est John Mitchell, l'ultime employé du centre qui nous ouvre les portes de sa mémoire. En près d'un demi-siècle, il aura vu défiler hommes, femmes et enfants ; il aura vu défiler l'Histoire. Revenant sur les évènements qui ont marqué sa vie, il s'interroge sur le bien-fondé de ses actions, se laisse aller aux chagrins et aux remords, nous traînant avec lui vers une réflexion nostalgique mais surtout houleuse.

Un roman aux thèmes universels et intemporels : l'exil, la passion, la force des regrets et partout la solitude. Solitude des expatriés qui ont tout abandonné pou...

Lire la suite...

Career of Evil

Si vous avez apprécié The Cuckoo’s Calling, si vous avez aimé The Silkworm, alors il y a fort à parier que vous allez adorer Career of Evil. En effet, là où beaucoup d’auteurs de polars s’essoufflent au fil de leur production, JK Rowling – alias Robert Galbraith – monte en puissance à chaque tome.

Dans cette nouvelle aventure, Strike et Robin se trouvent confrontés à un tueur en série aux tendances "dépeçantes" qui veut se venger du premier en s’attaquant à la seconde. De fait, l’enquête va prendre un tour beaucoup plus personnel, et lever quelques voiles sur le passé et la psychologie de nos deux h...

Lire la suite...